Les quais

Avant 18571, tout le transport commercial de la région s’effectuait par le fleuve et l’estuaire du Saint-Laurent. Au X1Xe siècle, les quais étaient nécessaires dans l’économie de Kamouraska. En 1813, Joseph Bouchette écrivait : «… les goélettes de Kamouraska sont bien connues à Québec pour les grandes quantités de provisions qu’elles y déchargent : grains, bétail vivant, volailles, beurre, sucre d’érable, etc., beaucoup de planches et autres bois de construction». Jusqu’au début des années 1970, le transport de la «pitoune» (bois de pulpe) assurait l’activité commerciale des quais Miller et Taché. D’autres quais qui avaient jadis participé au développement de Kamouraska ont disparu depuis longtemps.

Suite au développement des transports terrestres, les quais Miller et Taché perdirent peu à peu de leur importance commerciale. Considérés excédentaires (1980) par les instances gouvernementales fédérales en raison de leur faible achalandage, la municipalité de Kamouraska les achète au coût de 1,00 $ en 1984. En 1997, la municipalité les a déclaré «site du patrimoine».

1 En 1857, arrivée du chemin de fer dont la gare est localisée à Saint-Pascal, à environ 6 km. de Kamouraska.

 

Quai Miller

On pense que le quai Miller fut construit au milieu des années 1800 pour le commerçant Louis Miller. En raison de difficultés financières, ce dernier le perdit au profit du notaire Polydore Langlais qui l’a vendu au gouvernement du Canada en 1884. Entre 1900 et 1940, il a subit plusieurs travaux et réparations.

Éventré par les tempêtes à la fin des années 1990, le quai Miller a connu des travaux de réfection majeurs réalisés par la municipalité et la corporation Patrimoine maritime de Kamouraska en 2004.

Le nom qui lui a été donné est celui de son premier propriétaire présumé, le commerçant Louis Miller. Ce nom est utilisé dans les documents le concernant depuis les années 1990. Il fut officialisé par résolution de la municipalité de Kamouraska le 10 janvier 2011. Il est aussi connu de la population sous le nom de «petit quai». Certains documents l’ont déjà présenté sous le nom de «quai Langlais», du nom du notaire Polydore Langlais qui en a été propriétaire, ou quai «amont», en raison de sa localisation à l’ouest du quai Taché son voisin. Sa longueur est d’environ 320 pieds (environ 96 mètres) et sa structure est de bois (caissons à claire-voie remplis de pierres).

 

Quai Taché

Le quai Taché a été construit pour Charles et Jean-Baptiste Taché entre 1815 et 1824 sur ce qui semble être l’emplacement d’un quai plus ancien1.  Il fut plusieurs années entre les mains des héritiers Taché (jusqu’au début des années 1870). Le gouvernement du Canada l’acheta en 1887 et y a réalisé d’importants travaux de rénovation.

Entre 1901 et 1941, il fut rallongé et élargi pour lui donner ses dimensions actuelles. Il mesure 520 pieds (environ 156 mètres) et repose sur une ancienne structure de bois (caissons à claire-voie). Avec son voisin (le quai Miller), le quai Taché représente le plus ancien site portuaire de la rive sud de l’estuaire du Saint-Laurent.

Le nom qui lui a été donné est celui de ses premiers propriétaires, Charles et Jean-Baptiste Taché. Ce nom est utilisé dans les documents le concernant depuis plusieurs années. Il fut officialisé par résolution de la municipalité de Kamouraska le 10 janvier 2011. Il est aussi connu de la population sous le nom de «grand quai». Certains documents l’ont déjà présenté sous le nom de «quai aval», en raison de sa localisation à l’est du quai Miller son voisin.

1 Charles Taché s’associe en 1815 avec son frère Jean-Baptiste Taché, notaire établie à Kamouraska depuis 1811, pour former une société commerciale. (source : Quais de Kamouraska et Goélette Monica L, Étude historique et patrimoniale, par Alain Franck, consultant, Ministrère des Affaires culturelles, direction régionale de l’Est-du-Québec, juin 1985).

Le 25 octobre 1824, le quai construit par Messieurs Charles et Jean-Batiste Taché est mentionné dans un contrat de donation faite par Bénoni Martin à Olivier Martin, passé devant le notaire Pascal Taché.

 

Sources :

  • Quais de Kamouraska et Goélette Monica L, Étude historique et patrimoniale, par Alain Franck, consultant, Ministrère des Affaires culturelles, direction régionale de l’Est-du-Québec, juin 1985.
  • Hervé Voyer pour la municipalité de Kamouraska, 11 janvier 2011.

 

Notes biographiques :

Louis Miller

Louis Miller semble être établi à Kamouraska au début du XIXe  siècle. Il exploite un commerce et transige beaucoup avec les navigateurs et les agriculteurs de Kamouraska. Plus tard, il s’associe avec son fils Louis Miller jusqu’à ce que leurs biens soient saisis par des marchands de Québec en 1874. On peut supposer que c’est Louis Miller père qui a fait construire le quai.

 

Charles Taché

  • Né à Montmagny le 20 juin 1784. Il est le fils de Charles Taché père et de Geneviève Michon. Il est le neveu de Pascal-Jacques Taché, seigneur de Kamouraska;
  • Il est d’abord commerçant à Deschambault avant d’étudier le notariat. Il passe son brevet avec son frère Jean-Baptiste Taché en qualité de clerc-notaire.
  • De 1812 à 1814, il fit campagne dans la guerre contre les États-Unis d’abord comme capitaine de bataillon puis comme officier dans le corps des Voltigeurs canadiens;
  • En 1814, il s’établit à Kamouraska où il forme une société commerciale avec son frère Jean-Baptiste Taché;
  • Le 2 février 1820 à Boucherville, il épouse Louise-Henriette Boucher de la Broquerie;
  • Il meurt à Kamouraska le 16 janvier 1826.

 

Jean-Baptiste Taché

  • Né à Saint-Thomas de Montmagny le 12 juin 1786. Il est le fils de Charles Taché père et de Geneviève Michon. Il est le neveu de Pascal-Jacques Taché, seigneur de Kamouraska.
  • Admis à la profession de notariat le 26 août 1811;
  • Député du comté de Cornwallis à la chambre d’Assemblée du Bas-Canada du 11 avril 1820 au 6 juillet 1824;
  • Il épouse Charlotte Mure, veuve de François Pinguet, le 12 mars 1823 à Québec;
  • Député du comté de Rimouski du 22 novembre 1834 au 27 mars 1838;
  • Le 9 juin 1841, il est nommé conseiller législatif de la province du Canada;
  • En janvier 1842, il reçoit la nomination de registraire du comté de Kamouraska;
  • Il décède à Kamouraska le 22 août 1849.

 

Source pour les notes biographiques de Louis Miller, Charles Taché et Jean-Baptiste Taché : Quais de Kamouraska et Goélette Monica L, Étude historique et patrimoniale, par Alain Franck, consultant, Ministrère des Affaires culturelles, direction régionale de l’Est-du-Québec, juin 1985.